Eurythmie

 Si Euythmie est à ce jour le dernier projet que j'ai mené au terme de son premier jet, il se révèle également être celui de ma plus grande frustration, car une grande part de l'originalité que je lui trouvais originellement, a été gâchée dans une histoire qui a du mal à se trouver et une narration très imparfaite, mais surtout elle ne prend pas assez de recul par rapport aux phénomènes dont je voulais parler avec de la rigueur et de la subtilité. Rédigé entre deux épisodes de X-Files et quelques recherches sur le voyage astral et la pluralité des corps énergétiques, j'ai voulu apporter à ce projet ce qu'il fallait à la fois de subjectivité et d'incrédulité pour obtenir une vision aussi pertinente que possible sur l'expérience de la décorporation, mais peut-être que si finalement l'histoire ne prend pas, c'est par manque d'intrigue véritable, les liens entre le problème soulevé par la trame et la condition du protagoniste, n'étant pas suffisamment consistants pour obtenir quelque chose qui fonctionne.

 L'histoire à la petite échelle est simplement celle d'une jeune femme spectatrice de la décadence universelle, et depuis toute petite elle souffre de transes ecsomatiques, c'est-à-dire que son âme s'extrait mystérieusement de son corps et qu'elle peut ainsi voyager entre différents plans de conscience, notamment dans un univers parallèle, rempli d'une énergie qui donne vie et conscience à tout ce qui l'entoure, et qu'elle a baptisé l'Eurythmie. A plus grande échelle, l'histoire devient celle de cet univers parallèle où s'est répandu un mal incurable, une cohorte de créatures surgies des ombres et des champs infinis des dimensions que nous méconnaissons, et qui déciment les esprits qu'elles rencontrent. La lutte entre la protagoniste et ces monstres des ténèbres semble là tout annoncée, mais en réalité elle n'a jamais lieu, l'histoire demeurant probablement trop bancale lors de cette première tentative. 

 Il s'agit en effet d'un diptique, avec une partie écrite à la façon d'un roman, et une autre partie qui se veut innovante sur le plan de la narration, car il ne s'agit plus seulement de textes, mais de vidéos au détour desquelles la relation entre des images et des mots, et même des musiques, interrogent le sens de la réalité que traverse la protagoniste, de sorte à ce que l'on se retrouve au coeur d'un discours entièrement subjectif, plus complet et plus vaste en un certain sens, car on y explore l'histoire du roman de façon transversale, en devinant les liens pluridimensionnels qui existent entre les deux parties, mais surtout en suivant les déambulations astrales d'un personnage qui se cherche dans l'univers.

 

Pour aller plus loin, le visuel Novel se trouve ici

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site